accueil

Actualités

Chirurgie esthétique de la silhouette

Lifting des bras

Chirurgie esthétique de la silhouette

Lifting des bras

A qui s’adresse cette intervention ?lifting des bras

Aux patientes qui ont un relâchement cutané de la face interne des bras avec ou sous excès de graisse et sont complexées parfois au point de ne plus porter de manches courtes.

Il peut être secondaire à un amaigrissement ou au vieillissement.

De quoi s’agit’ il ?

Le lifting de la face interne des bras est une intervention qui consiste à remettre en tension la peau des bras lorsque celle-ci est relâchée. Ce relâchement, en particulier s’il existe une surcharge graisseuse,  peut être responsable d’une gêne esthétique voire fonctionnelle  avec une gêne aux mouvements, apparitions d’irritations, et macération dues au frottement des bras entre eux.

chirurgie des bras

La peau en excès est retirée « à la demande ».

Une lipoaspiration est fréquemment associée afin de réduire l’infiltration graisseuse du bras. Elle permet de mieux regalber le bras et de préserver les

vaisseaux lymphatiques et les structures vasculo-nerveuses tout améliorant le résultat esthétique.

Cette intervention n’est en aucun cas une méthode d’amaigrissement. Elle permet d’affiner et d’harmoniser la silhouette.

L’intervention en pratique :

Anesthésie : générale
Durée de l’intervention : 1 à 2 heures
Hospitalisation : 1 à 2 jours
Congés à prévoir : 1 à 3 semaines

L’intervention débute en en général par une liposuccion.

L’incision du lifting de bras est longitudinale, le long de la face interne du bras : elle s’étend l’aisselle en haut  jusqu’au pli du coude en bas. La cicatrice est cachée lorsque le bras est le long du corps.

chirurgie esthétique bras

Cette incision permet de décoller la peau relâchée et de la retendre après en avoir retiré l’excédent.

Il n’y a pas de cicatrice dans le creux de l’aisselle. En effet cela ne permet pas de retendre la peau et risque au contraire d’entrainer une gêne fonctionnelle pour lever les bras en cas de rétraction cicatricielle.

Un drainage est parfois mis en place et retiré le plus souvent dans les 24 heures post opératoires.

Les suites de l’intervention :

La douleur est en générale peu importante et bien soulagée par des antalgiques classiques. Une gêne peut exister à la flexion des coudes mais on peut se servir des ses mains tout à fait normalement dès le lendemain de l’intervention.

En raison de la localisation des cicatrices, des pansements réguliers seront nécessaires pendant environ 15 jours.

Certains des points sont résorbables. Les autres seront enlevés à 15 jours post opératoire.

Des ecchymoses (bleus) et un œdème des mains (gonflement), d’importances variables et asymétriques peuvent durer 10 à 20 jours.

Une diminution transitoire de la sensibilité de la face interne des bras peut être notée.

Un vêtement compressif devra être porté au moins un mois afin de favoriser la résorption de l’œdème et la rétraction cutanée.

Le temps de convalescence post opératoire est très variable selon d’une patiente à l’autre en particulier selon le type d’activité. Il est important de pouvoir se reposer.

Il ne faut pas faire de sport pendant 2 mois. Cependant une vie normale peut être reprise progressivement dès l’absence de douleur.

Les suites et les complications éventuelles du lifting de bras vous seront expliquées plus en détail lors de votre consultation avec le docteur Albertine Marchadier.

Le résultat :

Voir « galerie photos »

La période de cicatrisation peut être un désagréable en raison de la localisation des cicatrices et des sensations de tensions qui s’exercent sur elles.

Le résultat définitif du lifting de bras s’observe entre 3 et 6 mois. La peau des bras est retendue, la cicatrice bien dissimulée le long de la face interne des bras.

Comme toutes les cicatrices, celles du lifting brachial sont définitives et  indélébiles. Leur aspect peut être rouge et visible pendant plusieurs mois. Il faut attendre au moins 12 mois pour juger de leur aspect définitif. Il faut bien les protéger du soleil pendant la première année.

Il est important de ne pas fumer afin d’améliorer la cicatrisation et de ne pas prendre d’aspirine dans les 10 jours qui précèdent l’intervention (diminution des hématomes).

Fiche d'information de la SOFCPRE

(Fiche d'information de la SOFCPRE)

Quelles sont les complications envisageables suite à un lifting de la face interne du bras ?

Un lifting de la face interne de bras, bien que souvent réalisé pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques liés à tout acte chirurgical, aussi minime soit-il.

Des complications peuvent survenir au décours d’un lifting de la face interne de bras qui constitue une des interventions les plus délicates de la chirurgie plastique et esthétique.

Parmi ces complications envisageables, il faut citer :

Les complications générales :

  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), bien que globalement rares, sont parmi les plus redoutables. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence : port de bas de contention, lever précoce, éventuellement traitement anti-coagulant.

Les complications locales :

  • La survenue d’un hématome, en fait assez rare, peut justifier son évacuation afin de ne pas risquer d’altérer la qualité esthétique du résultat.
  • La survenue d’une infection est favorisée par la proximité d’un pli naturel (gîte microbien habituel) et est prévenue par une hygiène pré et post-opératoire rigoureuse jusqu’à la cicatrisation complète. Son traitement peut faire appel à une prescription d’antibiotiques, et selon les cas, à une reprise chirurgicale, éventuellement un drainage. Elle peut parfois laisser des séquelles inesthétiques.
  • La survenue d’un écoulement lymphatique persistant est parfois observée. Il peut se compliquer d’un épanchement (gonflement) qui peut nécessiter une ponction mais qui s’assèche le plus souvent sans séquelle particulière.
  • Un retard de cicatrisation peut parfois être observé, qui allonge les suites opératoires.
  • Une nécrose cutanée peut exceptionnellement être observée, en règle générale limitée et localisée. Elle est plus fréquente chez les fumeur(se)s, surtout si l’arrêt du tabac n’a pas été strictement respecté. La prévention de ces nécroses repose sur une indication bien posée et sur la réalisation d’un geste technique adapté et prudent, évitant toute tension excessive au niveau des sutures.
  • Des altérations de la sensibilité, notamment la diminution de la sensibilité de la face interne du bras, peuvent être observées : la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention.
    • (Fiche d'information de la SOFCPRE)

    Consultations à Marseille
    Le Cabinet :
    13 rue Roux Brignoles, 13006 MARSEILLE
    Tél.04 91 32 91 32 - Fax.04 91 47 58 71
    Plan d'accès >
    Consultations sur rendez-vous uniquement. Le secrétariat est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 20h
    Consultations à Aix en Provence
    Clinique Vignoli :
    1 impasse du Stade, Luynes, 13080 Aix-en-Provence
    Prendre un rendez-vous : 06 25 63 21 80
    Plan d'accès >
    Rejoignez-nous sur Facebook Suivez-nous sur twitter

    Institut Euro-Méditerranéen de Chirurgie Estéthique et Plastique